348 articles en ligne

#CRM #Article - 22-04-2021

Les intégrations personnalisées coûtent en moyenne 3,5 millions $

Les intégrations personnalisées coûtent en moyenne 3,5 millions $

MuleSoft, fournisseur de la plateforme leader d’intégration et d’API, dévoile aujourd’hui les obstacles majeurs qui ralentissent les projets de transformation numérique, à commencer par les problématiques d’intégration.

L’édition 2021 de son rapport sur la connectivité révèle que les équipes informatiques ont consacré plus d’un tiers de leur temps à des projets d’intégration, et que les intégrations personnalisées ont représenté un coût de main-d’œuvre annuel moyen de 3,5 millions de dollars* pour les grandes entreprises. Avec l’accélération des initiatives de transformation numérique, l’intégration s’est imposée comme un facteur crucial dans la réussite et la rapidité de ces efforts dans différents secteurs.

« Peu importe leurs secteurs d’activité, la plupart des entreprises ont rapidement changé leur façon de procéder, et interagissent désormais avec leurs clients et employés via les canaux numériques », déclare Brent Hayward, CEO de MuleSoft. « Bien que la plupart d’entre elles favorisent les initiatives digitales (via le lancement de plateformes d’e-commerce ou en augmentant la productivité de leurs salariés), notre étude montre que les silos de données continuent à les empêcher de concrétiser ces projets essentiels. Les entreprises offrant à leurs équipes informatiques et utilisateurs métiers la possibilité d’intégrer des applications et données en toute simplicité sauront tirer pleinement parti du potentiel d’innovation à grande échelle de leur organisation, et pourront prendre l’ascendant sur la concurrence. »

Issue d’une étude menée auprès de 800 DSI et responsables informatiques à travers 9 pays (dont 100 en France), l’édition 2021 du rapport sur la connectivité met également en évidence les nouveaux défis et opportunités que doivent relever les entreprises françaises évoluant dans un monde tourné vers le numérique :

Des exigences croissantes qui poussent les entreprises à accélérer leurs projets numériques

Au cours des 12 derniers mois, nous avons assisté à un changement profond concernant les méthodes de travail des professionnels et les modes de fonctionnement des entreprises. Les employés comme les clients recherchent désormais des expériences en ligne transparentes, et veulent pouvoir en profiter de plus en plus rapidement.

  • De nouvelles initiatives pour travailler et réussir de n’importe où : depuis un an, les entreprises font appel à leurs services informatiques pour accompagner la transition rapide vers le télétravail, et pour participer à augmenter la productivité et le rendement de leurs employés. Cette année, la migration des applications vers le cloud (53 %), la mise en œuvre du télétravail (49 %) et l’intégration entre applications SaaS (40 %) semblent être les principales initiatives sur lesquelles se focaliseront les entreprises françaises. Viennent ensuite la sûreté de l’environnement professionnel, la modernisation des systèmes hérités (legacy systems) (38 %) et l’automatisation des processus métiers (33 %).
  • Quand la demande est plus forte que l’offre : les exigences vis-à-vis des services informatiques ont considérablement augmenté. Cette année, le volume de projets qui leur ont été confiés par leur entreprise a augmenté de 27 %. Pourtant, seuls 27 % des répondants français auraient été capables de livrer tous les projets informatiques.
  • Se transformer ou courir le risque d’une perte de compétitivité : plus de trois quarts (78 %) des entreprises affirment que tout échec dans leurs initiatives de transformation numérique affectera leurs revenus l’année prochaine.
  • Le « coût » de la supervision en continu : les équipes informatiques passent plus de deux tiers de leur temps (66 %) à soutenir les activités de leur entreprise, ce qui leur laisse peu de temps pour innover et développer de nouveaux projets.

Les problématiques d’intégration ralentissent les entreprises

Les silos de données restent un problème pour 83 % des entreprises françaises (soit le même pourcentage que l’année dernière) et près de 9 répondants sur 10 les considèrent comme un frein dans leurs projets de transformation numérique. Si cette tendance se confirme, elle risque de mettre à l’arrêt des initiatives essentielles pour de nombreuses entreprises. L’intégration reste donc un axe majeur pour les entreprises cherchant à connecter et à tirer davantage de valeur de leurs applications et données (nouvelles ou existantes).

  • Beaucoup d’applications, peu d’intégration : 746 applications sont utilisées en moyenne dans les entreprises françaises. Cependant, seules 29 % sont intégrées, ce qui met en évidence la marge importante dont disposent les entreprises pour soutenir le changement et proposer des expériences plus connectées.
  • L’expérience client connectée reste un défi : seules 16 % des entreprises proposent à leurs utilisateurs finaux des expériences intégrées sur tous les canaux, et près de la moitié d’entre elles (35 %) éprouvent des difficultés à le faire. En revanche, celles qui y sont parvenues enregistrent une meilleure transformation de leur business (54 %), des progrès en matière d’innovation (43 %) et une hausse d’engagement de la part de leurs clients (41 %).
  • Les postes comportant du traitement de données ont les besoins d’intégration les plus importants : En dehors de la gestion des systèmes d’information, la data science (41 %), le marketing (39 %), la business analytics (42 %) et les ventes (32 %) sont les fonctions où les besoins sont les plus importants en matière d’intégration. Tout ceci montre une fois de plus à quel point les utilisateurs métiers et les initiatives axées sur les données sont ceux qui profiteront le plus des projets d’intégration.

Soutenir l’innovation à l’échelle de l’entreprise

Les entreprises sont conscientes de l’importance stratégique de l’intégration pour atteindre leurs objectifs en matière de chiffres d’affaires, et pour proposer plus rapidement des expériences connectées. Soucieuses de soulager la pression qui pèse sur les services informatiques et de favoriser l’innovation et la productivité, les entreprises cherchent à encourager la réutilisation d’intégrations existantes, mais aussi à offrir à l’ensemble de leurs utilisateurs la possibilité de connecter des applications et données.

  • Une stratégie en matière d’intégration et d’API pilotée depuis les échelons supérieurs : presque les deux tiers (65 %) des entreprises auraient adopté une approche descendante pour leur stratégie en matière d’intégration et d’API. Ce pourcentage est en hausse par rapport aux 63 % de l’année dernière, ce qui souligne l’importance croissante de l’intégration dans les objectifs des entreprises.
  • De nombreuses opportunités offertes par la réutilisation des API : bien que la plupart des entreprises françaises (94 %) utilisent des API pour créer des intégrations et livrer de nouveaux projets, des progrès restent à accomplir dans l’adoption des meilleures pratiques en matière de réutilisation d’API. En effet, la réutilisation de code, d’API et de modèles de meilleures pratiques a plafonné ces deux dernières années : en moyenne, 42 % des ressources internes et des composants des organisations sont réutilisables. Tout ceci représente un vaste champ d’opportunités, puisque les entreprises qui tirent parti d’API enregistrent des progrès en matière de productivité (57 %), d’innovation (39 %) et une diminution des coûts opérationnels (38 %).

Soutenir l’ensemble des utilisateurs métiers : 4 entreprises françaises sur 5 sont conscientes de la nécessité de rendre leurs données et intégrations accessibles à leurs utilisateurs métiers pour accroître leur productivité, proposer des expériences connectées et favoriser l’innovation. Plus d’un tiers (35 %) d’entre elles auraient adopté une approche mature afin que ces utilisateurs puissent connecter des applications et des sources de données à l’aide d’API, sans connaissances techniques. En outre, elles seraient 48 % à être en plein développement de projets d’intégration, ce qui atteste des efforts entrepris pour soutenir leurs utilisateurs métiers

La Rédaction

PARTAGEZ : Facebook Twitter Linkedin

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTERESSER