696 articles

#Ressources Humaines - 02-11-2022

Discrimination à l’embauche : 43 % des candidats touchés

Discrimination à l’embauche : 43 % des candidats touchés

Bien que la pandémie du Covid soit derrière nous, personne ne peut ignorer le profond bouleversement qui a entraîné une évolution des attentes des employés. Software Advice, la plateforme de contenu sur l'adoption technologique dans les petites et moyennes entreprises, a ainsi interrogé 1002 employés français afin de comprendre leurs attentes pour mieux conseiller les entreprises.

Un nouveau rapport de force

Ces derniers mois, le monde du travail assiste à une vague de démissions sans précédent. Jusqu’alors, les entreprises menaient la danse du recrutement. Une pandémie et de nombreuses remises en questions plus tard, le rapport de force est inversé, candidats et employés n’hésitant plus à affirmer leurs préférences en ne laissant plus d’autre choix aux entreprises que de s’adapter. Parmi les critères les plus importants lors de la recherche d’un emploi, bien que le salaire reste en tête du podium pour 54 % des sondés, la flexibilité des heures de travail est devenue primordiale pour 49 % des répondants.

Une recherche de bien-être assumée

Désormais, si le salaire et la flexibilité sont primordiaux, les attentes des candidats sont également particulièrement élevées en ce qui concerne les mutuelles santé et la possibilité de télétravailler (à égalité pour 19 % des sondés). Et gare aux entreprises qui ne sauraient s'adapter à ces nouvelles priorités car l’heure n’est plus à accepter un emploi « coûte que coûte ». Bien que 74 % des employés sollicités aient passé au moins deux entretiens au cours de ces 12 derniers mois, ils n’hésitent plus à faire passer leurs besoins en priorité. Pour 45 % des employés ayant décliné une offre d’emploi, la raison majoritairement invoquée est un salaire en dessous de leurs prétentions, tandis que le manque de flexibilité des horaires de travail représentait un frein pour 13 %, et l’interdiction de travailler à distance se révélait dissuasive pour 7 %.

« Pour améliorer leur marque employeur et attirer de nouveaux talents, les entreprises se doivent de se tenir informées des exigences actuelles des employés, notamment leur volonté grandissante de travailler selon un mode hybride », déclare Sabrina Khoulalène, Analyste de contenu pour Software Advice.

Enfin, cette étude révèle également un fait édifiant : 43 % des sondés affirment avoir été victimes de discrimination lors des entretiens. Parmis eux, 29 % disent avoir subi une discrimination fondée sur l’âge, 24 % suspectent une discrimination basée sur leur apparence, 22 % par rapport à leur genre et 19 % pour leur statut parental. Face à ces comportements, les candidats victimes de discrimination n’hésitent plus à contre-attaquer : 34 % ont signalé l’incident à l’entreprise, 31 % ont retiré leur candidature, 20 % en ont parlé à leur réseau, et 18 % en ont parlé sur les réseaux sociaux et/ou sites spécialisés comme Glassdoor ou LinkedIn.

Une majorité de candidats n’est pas à l’aise avec le recrutement automatisé

Concernant les différentes phases du processus de recrutement, 70 % des candidats interrogés se montrent « plutôt » ou « très » à l’aise à l’idée de devoir réaliser des tests mais 40 % d’entre eux n’accepteraient pas d’y consacrer plus de deux jours. Les personnes interrogées sont néanmoins plus mitigées lorsqu’il s’agit de partager des informations personnelles avec les recruteurs puisqu’une courte majorité de candidats (56 %) se dit sereine face à ce cas de figure. L’écart se resserre davantage quand il s’agit d’enregistrer l’entretien (51 % étant à l’aise) quand des réserves sont majoritairement émises sur le recrutement automatisé tel que l’entretien vidéo différé (60 % se disent gênés). Pour garantir une marque employeur forte, le maître-mot reste la transparence : 41 % des candidats l’attendent sur le déroulé du processus de recrutement, 39 % sur la question du salaire et 36 % sur la nature et les responsabilités du poste. Enfin, pour 24 % des sondés, cette volonté de transparence se traduit également dans le désir de recevoir un retour après chaque étape.

Sabrina Khoulalène conclut : « Les entreprises doivent désormais faire preuve d’honnêteté, de transparence et d’adaptabilité pour convaincre les candidats. Mettre en pratique ces principes tout au long du processus est la clé pour bâtir une relation fondée sur le respect et la confiance entre candidats et employeurs ».

La Rédaction

PARTAGEZ : Facebook Twitter Linkedin

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTERESSER